La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 La construction de la personnalité selon l'Ennéagramme

  Durant notre enfance, nous avons mis en place des stratégies inconscientes et des réactions d’évitement en réponse à des expériences que nous avons vécues dans la souffrance et dans le but d’obtenir l’attention, la reconnaissance et l’amour de nos parents et/ou de notre entourage. Nous nous sommes sur-adaptés aux pressions et aux besoins de notre environnement, ce qui a orienté la formation de notre égo dans la direction d’un Ennéatype.

 

  L’enfant créé et devient alors un personnage qu’il considérera comme étant sa vraie personnalité. La construction de ce masque est influencée et confortée par les récompenses reçues, autant de "Strokes positifs" ou signes de reconnaissance, d’attention et d’amour.

 

  Tout commence par une peur qui entraînera une compulsion d’évitement (ce que l’ego de la personne recherche à tout prix à éviter) et un mécanisme de défense (réaction lorsque la compulsion est menacée de ne pas atteindre son objectif).

 

  Prenons l’exemple du premier profil que nous étudierons, l’Ennéatype 1, dont la peur archaïque est de "mal faire les choses". S’il a eu des parents exigeants, l’enfant a peut-être considéré qu’il n’obtiendrait leur reconnaissance qu’en devenant "parfait". Au contraire, s’il a perçu ses parents comme étant défaillants, peut-être est-il devenu très tôt l’adulte pour se sentir en sécurité, estimant qu’il ne pouvait compter que sur lui-même. S’il était l’ainé, il est également possible qu’il ait dû devenir un « exemple » pour ses frères et sœurs. Ne parvenant pas à être parfait (considérant que ce n’est jamais assez bien et qu’il faut toujours faire mieux), l’Ennéatype 1 ressent de la colère. Mais la colère étant pour lui immorale et située à l’opposé de ce qu’il veut être (maîtrise et contrôle de soi), il l’intériorise et ne l’exprime pas, c’est une colère "rentrée" qui le consume de l’intérieur. Il s’exige alors davantage et finit par "être en colère d’être en colère".

 

  Chaque Ennéatype possède une "compulsion d’évitement" distincte, que son égo recherche à tout prix à éviter, celle du 1 est donc la colère. Lorsque cette compulsion est menacée de ne pas atteindre son objectif (pour le 1, l’objectif est l’évitement de la colère), la personne s’adapte alors en activant son mécanisme de défense - celui du 1 est la "formation réactionnelle" qui consiste à refouler sa colère intérieure et à exprimer des sentiments ou à adopter des comportements contraires à ce qu’il vit inconsciemment (par exemple, s'il est déçu envers quelqu'un, il lui sourira largement). Lorsque la compulsion d’évitement est active, la principale émotion vécue par une personne se nomme la "passion" ou "tendance principale" (la passion du 1 est la colère).

 

  Les différents aspects de notre personnalité, qualités comme défauts, se retrouvent dans l’un des 9 Ennéatypes que nous avons très tôt adopté et qui reflète l’adulte que nous sommes aujourd’hui. Des années plus tard et durant toute notre vie, à force de répétition (la répétition créé l’habitude), nous agissons automatiquement et le plus souvent inconsciemment aux situations de stress et reproduisons ainsi les mécanismes réflexes développés lorsque nous étions enfants.

 

  L’Ennéagramme ne recherche pas à nous faire changer de personnalité mais à nous libérer des aspects limitants et négatifs de notre Ennéatype pour n’en garder que les atouts.

 

  Notre Ennéatype est un masque derrière lequel nous nous sommes enfermés, qui limite notre liberté de choix et qui nous détourne de notre essence profonde, de notre être authentique et véritable. Lorsque nous dépendons de notre compulsion et de notre passion, nous sommes alors enfermés dans notre égo et dans ce masque, nous ne sommes pas en harmonie avec nous-mêmes ni avec le monde qui nous entoure, nous souffrons de ce processus qui est contraire à notre évolution et sommes en phase régressive (sens de "désintégration").

 

  Mais quand nous parvenons à maitriser notre compulsion d’évitement et à nous en détacher, par un travail personnel, lorsque nous sommes en harmonie avec nous-mêmes et avec notre entourage, nous évoluons (sens "d’intégration") et vivons l’émotion principale nommée "vertu" de notre Ennéatype (c’est le côté noble de notre "passion"). La vertu du 1 est la patience.